Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

4L Trophy, le retour...

Publié le par L'equipe municipale


Publié dans Vie locale

Partager cet article

Repost 0

Des nouvelles du 4L Trophy 2009

Publié le par L'equipe municipale


Toutes les 4L engagées dans cette 12ème édition du Raid 4L Trophy sont bien arrivées hier soir à Marrakech, étape finale de l'Aventure, après une épreuve marathon à perdre haleine. Aujourd'hui repos bien mérité pour certains, souk et visite de Marrakech pour d'autres. Et ce soir : grande soirée de remise des prix qui clôturera officiellement le 4L Trophy 2009.

L'équipage Vincent Legris et Emmanuel De Saint Jore termine à une superbe 6ème place au classement final de cette douzième édition.

Retrouvez l'histoire du 4L Trophy sur le site : http://www.4ltrophy.com

Sincères félicitations à tous les deux.


Précédent article



Publié dans Vie locale

Partager cet article

Repost 0

Bougy et ses origines

Publié le

Préface

Que vous habitiez Bougy depuis longtemps ou depuis peu, que votre venue dans le village soit pur hasard ou un choix médité. Sans doute un jour, au moins, vous êtes-vous posés des questions sur le passé de Bougy...

Pour tenter de répondre à cette curiosité, nous avons mis en marche notre "machine à remonter le temps".

Et aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous livrer, dans ces quelques pages, le fruit de nos premières recherches.

Nous avons conscience qu'il s'agit d'éléments dispersés qui n'ont aucune prétention à apparaître comme l'Histoire de la commune. Mais ils constituent un départ et témoignent de notre attachement à notre village. Nous serions heureux qu'ils incitent à d'autres recherches et stimulent le désir de toujours mieux connaître notre passé.

V. Collet et M. Cattelain.



 1.     Origine du nom de notre Village
 

 

Bougy s’est tout d’abord appelé :

 

Bolgi        : d’après le cartulaire de la Trinité de 1086 (cartulaire : Recueil de titres relatifs aux droits temporels d’un monastère, d’une église)  

Bolgeum   : vers la fin du 11ème siècle.  

Bougei     : début du 12 e siècle d ’ après une enquête sur l’Évêché de Bayeux.  

Bougeium  :  en 1195  

Bourgeium : en 1198  

Bougey    : en 1272

Bougé      : en 1277

 

Et enfin, le nom de Bougy tel que nous le connaissons apparaît en 1475. Trace que l’on retrouve dans les enquêtes de l’Évêché de Bayeux.

 

 

2.      La Famille  «Le Révérend»

 

Michel Le Révérend                          Premier degré

 

Guillaume  …..                                 Deuxième degré

Jacques ……..                                  Deuxième degré

Olivier ……….                                   Troisième  degré

Michel ……..                                    Quatrième degré

Thomas ……..

Michel ………

Jean …………

Jean-Jacques ………

 

 

3.     Les Sieurs de Bougy et la Famille Le Révérend

 

Les Le Révérend, sieurs de Basly, de Bougy, de Calix, de la Comté, de Soliers et marquis de Ca longes.

 

Michel Le Révérend est qualifié à tort «Sieur de Bougy», car Bougy ne fut acheté que par son fils aîné Guillaume. Il est à compter parmi ceux qui allèrent rejoindre à Caen le duc de Montpensier que le roi Henri II avait envoyé en Normandie pour empêcher la ligue d’envahir cette région. Il est le père d’Olivier.

 

Guillaume Le Révérend, natif de Caen, seigneur par acquisition de Bougy et du parc qui faisait partie du quartier de Vaucelles. Vaucelles, qui à l’époque était une localité plus ancienne que Caen et reliée à cette dernière par le pont-Frileux. Guillaume était échevin (échevin : sous l’ancien régime : magistrat municipal chargé d ‘ assister le maire).C’ est aussi durant cette période, environ en l’an 1560, qu’éclate la seconde guerre civile avec en toile de fond les différences entre religion catholique et protestante (branche luthérienne et calviniste). Guillaume défendit la ville de Caen avec courage ce qui lui valut de recevoir des lettres- patentes d’anoblissement.

 

Jacques Le Révérend, maître d’hôtel au Parc. Il est plus connu sous le prénom de Pasquet qui prouvait bien qu’il avait embrassé la religion Réformée.

 

Olivier Le Révérend devint patron de Bougy et seigneur du Parc, par testament. Guillaume, n’ayant eu qu’une fille Anne. Il serait sans doute passé inaperçu si nous n’avions eu preuve de son courage dans un ouvrage de l’historien Mezeray

(cf : Puisque nous sommes en Normandie).En effet, il sut défendre la ville de Caen lors de la guerre civile. Il s’opposa au siège de la ville par la garnison du capitaine La Motte-Corbinière. La mort de ce dernier fit échouer l’entreprise et sauva la ville. La récompense fut la reconnaissance par Henri IV sous forme de lettres d’anoblissement pour Guillaume et sa descendance directe .On voit ainsi apparaître les premières armoiries de Bougy.

 

Michel, deuxième du nom, fils d ‘ Olivier, né en 1560, échevin, lui aussi, de la ville de Caen, écuyer, sieur de Bougy dés février 1640. On retiendra son nom comme celui du bâtisseur de la chapelle des deux Amants, dans l’église des Cordeliers de Caen, voulant s’en servir de sépulture.

En tant qu’échevin, il s’élèvera contre l’établissement à Caen d’un collège de « ces Savants Pères » (ordre des Jésuites) dans les locaux habités jusqu’ à présent par les religieux de st François. Les ordres du Roi étant clairs et définitifs, Michel se tourne vers les protestants qui représentaient à cette époque le tiers de la population de la ville. Une délégation sera dépêchée auprès du Roi qui ne changera en rien ses intentions. Michel demeurera dans les finances en tant que receveur général du talion ancien et triennal en la généralité, jusqu’à l’âge de 72 ans .Charge qu’il transmettra à son fils aîné Thomas à l’heure de sa mort en 1646, non sans avoir assuré sa descendance avec seize enfants.

 

Thomas, baptisé dés 1600 sieur de Bougy, s’était fait recevoir avocat à Paris et avait très jeune publié quelques traductions. Le partage des biens de sa famille le rappela à Caen ou il y passa le reste de sa vie dans l ‘oisiveté avec la réputation d’un homme d’esprit.

 

Michel, troisième du nom, né en 1617, sieur de Calix est aussi monsieur l’Abbé de Bougy.

Son portrait gravé ci-après en 1742 d’après un original  peint en 1675 porte la légende suivante :

« Michel Révérend de Bougy, Prêtre, Docteur de Sorbonne, Abbé de Saint-Urbain, Ordre de Saint-Benoît, congrégation de Saint Vanne et de Saint Hydulphe, Diocèse de Chalon en Champagne, Conseiller d ‘ État, Proviseur, bienfaiteur , restaurateur et illustre défenseur de la congrégation des prêtres du calvaire du mont Valérien, ou il décédera le 27 janvier 1681.

 

Jean Le Révérend, marquis de Bougy devint Lieutenant Général sous Louis XIV. Il se distinguera dans diverses campagnes par ses actions de bravoure. Il sera cornette des gendarmes » du maréchal de Gassian qui lui permettra d’obtenir de l’avancement. (cornette : nom de l’officier qui portait l’étendard d’une compagnie de cavalerie). Devant tant de loyauté le maréchal, avant de mourir, lui laissera son épée, voyant en lui le seul homme, après lui même à entre digne de la porter. De même la moitié du régiment lui reviendra à la mort du maréchal. Jean se serait marié en 1654 avec Marie de la Chaussade. Elle lui apportera la terre de Calonge en la paroisse du même nom, aujourd’hui située dans le Lot et Garonne. Il décèdera quatre ans plus tard non sans avoir eu un fils : Jean-Jacques.

 

Jean-Jacques, marquis de Bougy servit neuf années en qualité de maître de camp. Il deviendra commandant de la « Cornette blanche ». C’est aussi à cette époque que louis XIV est amené à révoquer l’Édit de Nantes, promulgué par Henri IV, le 13 avril 1598.Dés lors, les persécutions contre les protestants vont s’intensifier de façon violente. Le roi établira toute une série d’ordonnances royales allant de la spoliation des biens à l’emprisonnement, sans oublier le rapt des enfants et les décrets de mort. Les protestants, restés en France, sont passibles de galère perpétuelle, en cas de non convertissement à la religion catholique. Ceux qui fuyaient en dehors des frontières étaient arrêtés et tués. Dans tous les cas, il y avait confiscation des biens. Le plus grand nombre réussit à émigrer en Angleterre, en Hollande, en Allemagne ou bien encore au Danemark ou ils furent très bien accueillis. Par ces départs, la France a perdu une part de son industrie nationale car les protestants étaient très présents dans l’économie. L’intendant Foucauld dira dans son rapport que les marchands de Caen étant quasi tous protestants, ils ont quitté le royaume, ceux qui restent sont partis sur Paris ou Rouen en deux mots le commerce est à présent peu de chose à Caen.

Jean-Jacques, installé dans le Quercy, région plus sure  pour les protestants, ne put, cependant éviter la plainte de l’évêque. Il essaya bien de s’enfuir par la Franche-Comté mais fut arrêté à la frontière suisse et enfermé à la citadelle de Besançon. Refusant de se convertir, le roi ordonna son procès. Voulant échapper aux galères, il signa son abjuration et fut pardonné, mais en 1693 sous prétexte d’aller prendre les eaux à Aix la Chapelle, il passa en Hollande. Le roi donna l’ordre à Foucauld de saisir la terre de Bougy, il mourra à Aix de la goutte. De son union avec Élisabeth de Bar de Campernault naquirent deux enfants : Henri qui suivit son père à sa sortie de France et mourut très jeune et Judith-Elisabeth qui bien qu‘elle se mariât, n ‘ eut aucune descendance. Avec Henri, la lignée directe des Le Révérend s’est éteinte.

 

La famille Hue de Carpiquet a repris les titres accordés par le roi en 1667, titres qui étaient transmissibles aux successeurs et ayants causes pleinement,  paisiblement et perpétuellement                      

 

 

4.     L ‘ Église de Bougy

 

La nef de l’église doit être de la première moitié du XIII e siècle. En effet, il n’y a pas de porte d’entrée à l’ouest mais il existe deux fenêtres en lancette surmontées d ‘ une rose de petit diamètre.

 

Le mur du sud-est est percé d’une porte, entrée principale de l’église, autour de laquelle l’on distingue des têtes aplaties. Le linteau de la porte au dessus du tympan est polylobé, ce qui paraît annoncer la première partie du XIII e siècle, des modillons de transition règnent sous la corniche.

Le chœur, plus bas que la nef paraît, lui, plus ancien et semblerait dater de la seconde moitié du XII e siècle. Sur le tympan d’une petite porte, au sud, on voit St Pierre assis, vêtu d’une chasuble, tenant une crosse de la main droite et deux longues clefs de la main gauche, un coq est à ses pieds. Ce bas relief est peu fouillé.

  

Entre chœur et nef, on a greffé sur le gable qui surmonte la grande arcade, une petite tour à pyramide octogone qui ne paraît  pas aussi ancienne que la nef.

L’Église est sous l‘invocation de St Pierre. Les dîmes étaient perçues pour les deux tiers par les abbayes de St Etienne et de Ste Trinité de Longues et pour le tiers restant par le prêtre.





















Quelques précisions « verbales » :

Lancette : il s’agit d’un arc brisé aigu utilisé dans l’architecture gothique.  

Polylobé : qui a plusieurs lobes. Le lobe  étant une découpure en arc de cercle dont la répétition sert à composer certains arcs, rosaces et ornements.

Tympan : Il s’agit d’une surface comprise entre le linteau et les deux rampants ou l’arc d’un fronton. C’est en fait la paroi qui clôt l’arc des portails romans et gothiques. (Voir photo). 

Modillon : Ornement saillant répété de proche en proche sous une corniche comme s ‘ il la soutenait.

 

Gable : Il s’agit d’une surface décorative pyramidée à rampants moulurés qui couronne certains arcs, notamment de portails gothiques.

 

 

Dime : fraction variable en principe un dixième des produits de la terre et de l’élevage versée à l’église. Elle fut abolie en 1789.

 

5.     La place de l’École

 

On retrouve les traces écrites les plus anciennes, au sujet de l’école, dans les archives, en 1739. C‘est à cette époque, qu’est établi le testament du Père Lesage, curé de Gavrus. De la vente de ses meubles et biens, on pourra tirer assez d’argent pour l’acquisition de deux masures ou « maisons ruinées » comme il est dit  dans l’acte de vente et d’un lopin de terre d’environ deux perches jouxtant les masures. L’acte daterait du 21 avril 1740. C’est auprès de maître Le Bidos, notaire royal à Caen qu’aurait été enregistré le dit acte.

Dans son testament, le Père Lesage s’est donné autorité pour nommer la maîtresse, une religieuse, sœur à Providence. A  Gavrus, on accueillait uniquement les filles de Gavrus et de Bougy. Les garçons, quant à eux partaient en direction d’Évrecy. Il faut attendre 1864 et les plaintes de plusieurs familles sur les dangers que représentait la route de Bougy - Évrecy (route en plein vent, source de maladies pour les enfants à pieds) pour que les maires en poste de Gavrus et de Bougy fassent une demande conjointe au préfet. Par retour, ce dernier autorisera les garçons, jusqu’à l’âge de la première communion à fréquenter l’école de Gavrus. La  préfecture s’est aussi intéressée à la nomination de la maîtresse. Elle en fait acte au maire de Bougy le 12 septembre 1845 : il semble peu normal d ‘ accepter la nomination d’une personne par testament. Une des  enseignantes aurait même été renvoyée (déguerpir dans le courrier du préfet au maire de Bougy) par les débiteurs de la rente. Car on a, à cette époque, l’héritage du Père Lesage, qui a été transformé en partie en rente pour pourvoir au salaire des institutrices. C’est la famille  D’Avrecher qui devait rétribuer les différentes rentes  en tant qu’exécuteur testamentaire et ainsi après le décès de Madame D’Avrecher, il incombait au comte d’Osseville d’y pourvoir , ce qu’il semble avoir oublié . S’engage alors une action en justice menée par les maires de Bougy et de Gavrus contre le comte d’Osseville. Le fait que notre homme fut receveur général des finances du Calvados, Chevalier de l’Ordre Royal de la Légion d’Honneur  n’entama en rien la détermination de nos maires. Par acte du 23 juin 1849, le comte dut verser une nouvelle rente de 250 francs (pour la maîtresse et pour les pauvres), ainsi que la somme de 300 francs d’arriérage.

 

 

D'une poignée d'enfants en 1739, nous sommes arrivés aujourd’hui   à une cinquantaine fréquentant l’école maternelle et élémentaire. Si pendant la guerre, nos enfants se regroupèrent à Gavrus pour étudier, la mairie mit à disposition, dans les années 60, la pièce de l’actuelle mairie avec des toilettes extérieures, aujourd’hui détruites. Avec l’arrivée du lotissement du gros Caillou la commune investira dans une nouvelle classe mobile, servant à présent à l’association « la récréation bougeienne ». Le manque de nouveaux élèves conduira l’académie à fermer notre école dans les années 90, avec une dizaine d’enfants. La commune a choisi de se tourner vers Baron sur Odon et a constitué un regroupement pédagogique. Ainsi grâce a cette collaboration nos enfants peuvent profiter de locaux plus modernes, de technologies plus avancées. L’établissement dispose de plusieurs ordinateurs, d’un accès internet mais aussi d’un système de garderie et d’une cantine.                                                                               

 


L ‘ école en 1951 située à Gavrus.

  

6.     Anecdotes sur notre village :

 

Lors de nos recherches, nous avons retrouvé le premier recensement encore archivé de Bougy en date de 1886.

 

Nous avions des métiers très présents dans notre commune. Par exemple,  nous avions un charpentier, un berger, un boulanger, un jardinier, un garde de chasse. Pour les femmes beaucoup d’entre elles étaient brodeuses ou nourrices. Une anomalie nous a cependant fait sourire : l’un des recensé a noté dans la case profession : aveugle.

 

Nous avions aussi la présence d’un café épicerie et d’une boulangerie sur notre territoire à la même époque.

 

Dans ce premier recensement, nous avions une population de 149 habitants. En 1982, on arrivait à 148 pour atteindre 256 en 1999, soit 138 hommes et 118 femmes pour une densité de 84 habitants au km2.En 1987, 27 logements supplémentaires dans la commune, la plupart dans la création du premier lotissement : Le Gros Caillou. On a un apport de 127 habitants soit une population totale de 272 habitants au lieu des 148 recensés en 1982.Ce n’est qu’avec l’arrivée du deuxième lotissement que notre commune connaît sa population actuelle, à quelques fluctuations près, nous sommes au nombre de 411 habitants.

 

La Source Mystérieuse
 

7.     Témoignages :

 

Nous avons rencontré madame Cotrel, une ancienne habitante de notre commune qui se rappelle avec joie sa vie à Bougy.

 

C’est tout d'abord l'école qui vers 1942, accueillait 36 élèves avec madame Guillot  et qui était toujours située à Gavrus. Pendant la guerre, l’effectif descendra à une vingtaine  d’enfants dont la moitié pour Bougy.


On y décerne encore la croix de l’école.

 

En 1942,  journée pédagogique passionnante pour les élèves avec le ramassage des doryphores et un pique-nique à la ferme de la Vallée (propriété aujourd’hui de M et Mme Mitou)ou notre amie goûtera au « gros ber », cidre coupé avec de l’eau

 

 

Les enfants jouent les petits chaperons rouges pour noël 1948.

 

 

Madame Cotrel évoquera aussi son grand-père, artisan important pour notre commune : M Lamotte Edmond.

En effet, c’est lui  qui offrira à l’Église son autel en bois sculpté  qu’il personnalisera en y inscrivant le nom de sa famille. Trop heureux du retour de son fils ,après la guerre, il remerciera l'Église en faisant don d'une statuette de Ste Thérèse de Lisieux. Statuette toujours visible dans notre église.

 

Arrivée de la procession dans le bourg prés de la place .

  

 Notre église est décorée pour la mise en place de la statue.

                                                                   

 

Après la guerre notre Église se trouva dépourvue de cloches Il fallut y remédier. C’est ainsi que l’on trouve des photos du baptême des cloches datant des années cinquante, avec, là encore une procession présidée par l’évêque de l ‘ époque.

 

 

      Préparatifs…                                  

 

  

Pendant le débarquement, Mme Cotrel se souvient d’un avion qui se serait posé rapidement sur le terrain d’aviation improvisé ou est situé aujourd’hui le lotissement « Les hauts de Bougy ». Le six juin, jour mémorable pour la France, le fut pour les jeunes bougeiens qui passaient leur examen de communion dans l’église d’Évrecy, sous le grondement des avions et des explosions alentour .La communion aura lieu à Neuilly le Malherbe ou tout le monde se rendra à pieds .

 

Le commerce à Bougy ?

Il y avait le café-épicerie ou elle aimait aller avec son grand-père. Là, on  échangeait toutes les informations. C’était le cœur de la commune.   

 

Le catéchisme à Bougy ?

Il avait lieu dans la mairie se situant dans la buanderie du château après le débarquement. On a ici un groupe de grands pendant l’année 1945.

 

 

 

 

Publié dans La commune

Partager cet article

Repost 0

La source mystérieuse

Publié le par L'equipe municipale


Anecdocte parue dans un mémoire sur un travail réalisé par un stagiaire du Club de Spéléologie de Caen, en juin 1976
 
Il existe une source relativement importante dans la parcelle face à l'entrée du Château de Bougy . Elle avait retenu l'attention du géologue au moment de l'adduction d'eau en 1952 ; la commune manquait alors de ressource en eau potable. Une histoire véridique se rattache à cette source. En 1908, une source minérale devait ouvrir et être exploitée par le Comte de BOUGY. Le veille de l'ouverture, un voisin jaloux a détourné la source laquelle n'a jamais réellement été retrouvée. Sur les anciens cadastres, l'indication "fontaine minérale" est portée.
 
Dans le même rapport, le géologue rapportait qu'il existe un souterrain entre l'autel de l'église et probablement le château situé à 800 mètres. Ce souterrain avait probablement été creusé sous la révolution française. Lors de la réfection de l'église en 1953, suite aux dommages de guerre, un ancien maire y est descendu sans avancer trop loin redoutant les dangers d'éboulement.

Si vous aussi, vous avez une anecdote sur l'histoire du village, n'hésitez pas à nous contacter.

Publié dans La commune

Partager cet article

Repost 0

Compte-rendu du conseil Municipal du 03 février 2009

Publié le par L'equipe municipale

Etaient présents : Mmes Véronique COLLET, Sabrina LEVAVASSEUR et Véronique VINCENT, MM., Stéphane LEBOSSÉ, Michel SABOT, Loïc BOSCOT, Patrick THAFLET et Georges HEDIER.

 

Absentes : Mmes Catherine GOSSELIN et Michèle MAUGEAIS.

 

Secrétaire : M. Loïc BOSCOT a été désigné secrétaire de séance.

 

 

 

DEMISSION DE M. HOURDAIN Thierry

 

Monsieur le Maire lit le courrier reçu de Monsieur Thierry HOURDAIN l’informant de sa démission du conseil municipal pour raisons personnelles.

 

Monsieur le Maire l’a acceptée et en a informé la Préfecture.

 

 

CONCOURS DU RECEVEUR MUNICIPAL : ATTRIBUTION D’INDEMNITE

 

Le Conseil Municipal

 

Vu l’article 97 de la loi n° 82-213 du 2 mars 1982 modifiée relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions,

Vu le décret n° 82.979 du 19 novembre 1982 précisant les conditions d’octroi d’indemnités par les collectivités territoriales et leurs établissements publics aux agents des services extérieurs de l’Etat,

Vu l’arrêté interministériel du 16 septembre 1983 relatif aux indemnités allouées par les communes pour la confection des documents budgétaires,

Vu l’arrêté interministériel du 16 décembre 1983 relatif aux conditions d’attribution de l’indemnité de conseil allouée aux comptables non centralisateurs du Trésor chargés des fonctions de receveurs des communes et établissements publics locaux,

Décide

- de demander le concours du Receveur municipal pour assurer des prestations de conseil et d’accorder l’indemnité de conseil au taux de 100 % par an ;

- que cette indemnité sera calculée selon les bases définies à l’article 4 de l’arrêté interministériel du 16 décembre 1983 précité et sera attribuée à Monsieur Daniel FUSEE, Receveur Municipal ;

- de lui accorder également l’indemnité de confection des documents budgétaires pour un montant de 30,49 €

 

 

VACATIONS FUNERAIRES

 

Monsieur le Maire informe le conseil municipal de l’évolution de la législation funéraire et en particulier de la réforme des vacations funéraires faisant suite à la loi votée par le Sénat et l’Assemblée Nationale et parue au journal officiel du 20 décembre 2008.

 

Deux évolutions majeures sont intervenues :

1.     Réduction du nombre d’opérations donnant lieu à surveillance par souci de simplification des formalités administratives imposées aux familles lors d’un décès. Sont concernés :

- transport de corps hors de la commune de décès,

- opérations d’exhumation, de translation et de ré-inhumation des restes mortels (notamment à l’occasion de la reprise des concessions funéraires),

- opérations de crémation du corps d’une personne décédée.

2.     Encadrement du taux unitaire des vacations funéraires : A cet effet, Monsieur le Maire propose de fixer à 20 € le montant unitaire des vacations funéraires qui sera appliqué par la commune.

Ce taux est adopté à l’unanimité par le Conseil Municipal.

 

 

ELECTION D’UN DELEGUE SUPPLEANT A L’ECOLE DE BARON SUR ODON

 

Monsieur le Maire informe le conseil municipal qu’à la suite de la démission de M. Thierry HOURDAIN en sa qualité de conseiller municipal, il est nécessaire d’élire un nouveau suppléant.

 

Monsieur Loïc BOSCOT, suppléant passe titulaire et après appel à candidature au sein du conseil municipal. M. Michel SABOT est désigné, à l’unanimité, membre suppléant.


ELECTION D’UN DELEGUE SUPPLEANTAU S.I.A.E.P. DU VAL D’ODON


Monsieur le Maire informe le conseil municipal qu’à la suite de la démission de M. Thierry HOURDAIN en sa qualité de conseiller municipal, il est nécessaire d’élire un nouveau suppléant.

 
Monsieur Michel SABOT se présente et est élu membre suppléant à l’unanimité.

 

 

ELECTION D’UN DELEGUE SUPPLEANT A LA C.C.E.O.O.

 

Monsieur le Maire informe le conseil municipal qu’à la suite de la démission de M. Thierry HOURDAIN en sa qualité de conseiller municipal, il est nécessaire d’élire un nouveau suppléant pour représenter la commune de Bougy au sein de la C.C.E.O.O.

 

Il est rappelé que Monsieur HEDIER et Mme MAUGEAIS sont les membres titulaires.

 

Monsieur LEBOSSE reste membre suppléant. Monsieur le Maire fait appel à candidature au sein du conseil municipal. A l’unanimité, Monsieur SABOT est élu.

 

 

ELECTION D’UN TITULAIRE ET D’UN SUPPLEANT C.C.E.O.O. POUR LA COMMISSION ACCESSIBILITE

 

La loi handicap du 11 février 2005 fait obligation aux E.P.C.I. compétents en matière d’aménagement du territoire, de créer une commission intercommunale d’accessibilité.

 

Monsieur le Maire fait appel à candidature au sein du conseil municipal. Monsieur Georges HEDIER en qualité de membre titulaire et M. Michel SABOT en qualité de membre suppléant, sont désignés à l’unanimité par les conseillers.


 

RAPPORT ANNUEL 2007 DU S.I.A.E.P.

 

Monsieur le Maire, Délégué de la commune de Bougy au Syndicat d’Eau du Val d’Odon, présente aux membres du conseil municipal le rapport annuel.

 

Le conseil municipal en prend acte.

 

 

RAPPORT ANNUEL 2007 DU SIVU DU HARD

 

Monsieur LEBOSSE, Délégué de la commune de Bougy et Vice-président du SIVU DU HARD présente aux membres du conseil municipal le rapport annuel du syndicat d’assainissement.

 

Concernant le paragraphe de la réfection de la station d’épuration, Madame COLLET prend la parole et indique qu’il avait été délibéré lors de sa construction : « que la commune qui souhaiterait agrandir la capacité de la station en réglerait les travaux ».

 

Monsieur SABOT, Membre délégué au SIVU DU HARD, lui répond qu’après accord entre les différentes parties (Entreprise HERVE, SINT et DDAF), la station d’épuration devra être reconstruite dans son intégralité à la suite du total dysfonctionnement. Grâce aux nouvelles technologies de la SAUR dans le domaine du traitement des eaux usées, la capacité de traitement sera augmentée de 30 % sans augmentation de la surface des bassins drainants. De même, les travaux ne se traduiront pas par une augmentation du prix de l’assainissement.

 

La station actuelle avait une durée prévue de 20 ans de fonctionnement et une garantie décennale. Construite en 1999, le dysfonctionnement avait commencé voici environ 2 ans. Avec la reconstruction, nous bénéficions de la garantie décennale et nous repartons avec une station neuve d’une durée prévisible de 20 ans.

 

Le conseil municipal prend acte de ce rapport et note avec satisfaction la reconstruction en sa totalité de la station d’épuration.

 

 

QUESTIONS DIVERSES

 

1.     Monsieur le Maire lit au conseil municipal le courrier remis par le Père Jean-Parfait CAPKO reçu de l’Association « Patrimoine cultuel et art sacré dans le Calvados. L’Association nous propose d’établir gratuitement un inventaire des différents objets contenus dans l’église.

A l’unanimité, le conseil municipal donne son accord pour contacter l’association.

 

2.     Monsieur LEBOSSE nous fait part de la demande des Parents d’Elèves de mettre un cendrier à l’arrêt du bus scolaire. Un regard avec du sable sera installé.

 

3.     Les Parents d’Elèves ont signalé à Monsieur LEBOSSE la présence d’un chien, probablement un rottweiler, chez le nouveau locataire au n° 8 de la rue de la Vallée. Monsieur le Maire va convoquer en mairie la locataire pour plus de précisions.

 

4.     Madame COLLET nous informe qu’elle est l’interlocutrice de l’A.D.M.R. pour la Commune de BOUGY. Elle sera le relais entre l’Association et les personnes qui en solliciteront les services.

 

5.     Monsieur le Maire donne la parole à Monsieur Loïc BOSCOT. 

 

Monsieur  BOSCOT prend la parole. Il indique avoir été invité à rencontrer MM. MANSON, VOIDIES, CATTELAIN et Mme SAINT-LO au domicile de M. CATTELAIN, afin d’aborder le problème de la sécurité routière dans la commune de Bougy.

 

Concernant l’arrêt du bus scolaire, ces personnes demandent que l’abri bus soit transféré sur l’aire de stationnement face aux logements HLM.

 

Monsieur le Maire indique que cette solution n’est pas techniquement applicable puisque le bus scolaire n’a pas la possibilité de faire demi-tour et n’est pas autorisé à faire une marche arrière par mesure de sécurité pour les enfants.

 

A ce moment-là, sans y avoir été invité par le Maire, Monsieur MANSON, habitant de la commune, prend la parole. Monsieur le Maire lui indique qu’il n’a pas la parole et qu’il veuille bien laisser continuer M. BOSCOT.

 

Monsieur MANSON n’ayant certainement pas connaissance de la loi, continue son intervention sans prendre acte de l’injonction du maire.

 

Monsieur le Maire décide alors de lever la séance.

 

 

SUITE A L’INTERRUPTION DE SEANCE, VOICI UN RAPPEL DE LA LOI :

 

Code des collectivités territoriales

 

Article L2121-16

- Le maire a seul la police de l'assemblée.

Il peut faire expulser de l'auditoire ou arrêter tout individu qui trouble l'ordre.
En cas de crime ou de délit, il en dresse un procès-verbal et le procureur de la République en est immédiatement saisi.


Article L2121-18

- Les séances des conseils municipaux sont publiques.

 

Néanmoins, sur la demande de trois membres ou du maire, le conseil municipal peut décider, sans débat, à la majorité absolue des membres présents ou représentés, qu'il se réunit à huis clos.
Sans préjudice des pouvoirs que le maire tient de l'article L. 2121-16, ces séances peuvent être retransmises par les moyens de communication audiovisuelle.

 

Extrait de règlement d’un conseil municipal

 

Les séances du conseil municipal sont publiques.

 

Le public est autorisé à occuper les places qui lui sont réservées dans la salle. Il doit observer le silence durant toute la durée de la séance. Toutes marques d’approbation ou de désapprobation sont interdites.

 

Sans préjudice des pouvoirs que le maire tient de l’article L 2121-16 du Code général des collectivités territoriales, ces séances peuvent être retransmises par les moyens de communication audiovisuelle.

Sur la demande de trois membres ou du Maire, le Conseil Municipal peut décider par un vote public, sans débat, à la majorité absolue des membres présents ou représentés, qu'il se réunit à huis clos.

Lorsqu’il est décidé que le conseil municipal se réunit à huis clos, le public ainsi que les représentants de la presse doivent se retirer.

 

Partager cet article

Repost 0

Marché de Bougy

Publié le par L'equipe municipale


Tous les vendredis de 16h30 à 19h30 se tient sur la place du village un marché où vous retrouverez un rotisseur  et un marchand de fruits et légumes.

Publié dans Vie locale

Partager cet article

Repost 0

ADMR : Services à domicile

Publié le par L'equipe municipale

L'ADMR est une association du service à domicile, située à Evrecy, qui emploie 45 personnes pour la plupart des aides ménagères.


Ce service de proximité permet aux personnes de rester chez elles, en cas de perte d'autonomie (Accident, maternité, vieillesse).  Il est prouvé que ce service, bien qu’il soit payant, est moins cher qu'une hospitalisation.


Il a été demandé à chaque commune de se doter d'un correspondant ADMR. Celui-ci assurera le lien entre la famille et l'employé pour intervenir en cas de litige.


Madame Collet est notre correspondante ADMR pour Bougy.


Nous vous rappelons les coordonnées du siège d'Evrecy:
Tél : 02.31.08.09.62

Email : admr.evrecy@wanadoo.fr
Adresse : rue de la cabotière 14210 Evrecy.

 

 

Publié dans Vie pratique

Partager cet article

Repost 0

Conseil Municipal du 3 février 2009

Publié le par L'equipe municipale

Le conseil municipal se réunira le 3 février 2009 à 20h45 en mairie pour répondre à l'ordre du jour suivant :

  • Délibération nouveau trésorier
  • Réforme des vacations funéraires
  • Election d'un délégué suppléant à l'école de Baron/Odon
  • Election d'un délégué suppléant à la C.C.E.O.O
  • Election d'un titulaire et suppléant C.C.E.O.O pour la commission d'un plan accessibilité de la voirie et des établissements recevant du public.
  • Rapport annuel 2007 du S.I.A.E.P Val d'Odon
  • Rapport annuel 2007 du SIVU du HARD
  • Questions diverses

Partager cet article

Repost 0

L'église Saint Pierre

Publié le

                                                                                    

Catégorie :
église
époque de construction : 14e siècle
propriété de la commune
date protection MH : 1911/08/30 : classé MH
Eglise : classement par arrêté du 30 août 1911
type d'étude : Recensement immeubles MH
N° notice : PA00111109
© Monuments historiques, 1992

Origine de l'information : http://www.patrimoine-de-france.orghttp://www.mondes-normands.caen.fr


    Essentiellement gothique (début du XIIIe s.), l'église Saint-Pierre de Bougy garde le témoignage d'une étape du développement de l’art roman normand : le tympan conservé en remploi dans l’arc brisé de la porte méridionale du choeur (seconde moitié du XIIe s.). Il figure saint Pierre, représenté en chasuble, portant les clefs et la crosse pastorale. A ses pieds figurent le coq - rappel du reniement - et un décor végétal (palmier).
La porte méridionale de la nef, bien que gothique, présente des rémininiscences romanes (becs d’oiseaux soutenant la moulure de l’arc) et un arc polylobé.





Publié dans La commune

Partager cet article

Repost 0

Le chateau

Publié le

Château de Bougy
Eléments protégés MH : logis; écurie; remise; colombier; lavoir; parc; enclos; jardin potager; serre; élévation; cour; douves; installation hydraulique
Epoque de construction : 18e siècle
© Monuments historiques, 2000

Historique
: C' est à la famille Le Révérend, noblesse protestante, que l' on doit l' élévation de l' ancienne seigneurie de Bougy en marquisat au 17e siècle, au début du règne de Louis XIV. De l' historique des constructions du château de Bougy, le silence est trop présent. Si certains communs, de par leur style, pourraient remonter à l' époque des Le Révérend, le château fut rebâti au siècle suivant par la famille Hue de Carpiquet (blasons sur le fronton du château en élévation principale) sur les bases du château 17e siècle en conservant l' assiette d' origine avec les douves et la cour d' honneur. Des adjonctions diverses affectèrent l' édifice au cours du siècle suivant, dont le pavillon carré au nord-est et le pavillon étroit au sud-ouest. Le parc du château remonte au 18e siècle et présente diverses parties fort variées dans leur esprit ; une grande allée centrale d' accès est précédée d' une avenue à l' origine longue de 2 km et aujourd' hui rétrécie à 700 m. De chaque côté de l' allée d' accès sont implantés les divers bâtiments nécessaires à l' exploitation du domaine. Le parc d' agrément comprend un parterre central, autrefois divisé par une allée centrale. Des murs de soutènement sont implantés dans ses extrémités nord et sud compte tenu de la déclivité du site. Une avenue en surplomb règne au nord et dégage les perspectives intéressantes. Le parterre se termine par un bassin rectangulaire maçonné d' où se mire la silhouette du château. A la suite du bassin, un étang est implanté, désaxé vers le nord. Un petit canal assure l' écoulement hydraulique vers l' Odon en passant par un réceptacle octogonal. Cette partie terminale du parc est la plus romantique et offre un contraste avec les alignements plus classiques du parterre d' accès et du jardin d' agrément. Le parc, dans sa partie occidentale, est entouré de part et d' autre par des futaies formant écrin paysager. Le domaine de Bougy est fortement marqué par son parc. Il en constitue en fait l' intérêt majeur, exemple vivant de la capacité d' adaptation des paysagistes du 18e siècle à un terrain où la présence hydraulique a permis des aménagements dignes de ceux de Canon.


Origine de l'information : http://www.patrimoine-de-france.org

Publié dans La commune

Partager cet article

Repost 0

Album - Photos du village

Publié le

Album - Photos du village
Album - Photos du village
Album - Photos du village
Album - Photos du village
Album - Photos du village

Publié dans La commune

Partager cet article

Repost 0

Cadastre

Publié le par L'equipe municipale

Vous pouvez dès aujourd'hui accèder au cadastre de notre commune en cliquant ici.

Sur cet écran, sélectionner la commune.


Choisissez




A l'aide du zoom, grossissez jusqu'à la parcelle. Des outils avancés sont aussi à votre disposition.









Publié dans Vie pratique

Partager cet article

Repost 0

Accueil

Publié le par L'équipe municipale

Bienvenue sur le blog de la municipalité de Bougy,

Il a été mis en place pour être plus proche de vous

Nous y ferons paraitre les informations sur la vie de la commune, les travaux en cours et projets sur lesquels travaille l'équipe municipale.

Certains articles vous permettront d'intervenir en déposant un commentaire qui sera lisible sur ce blog par l'ensemble des visiteurs et l'équipe municipale.

L'équipe municipale

Publié dans Accueil

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8